Minima sociaux et prestations sociales en 2009. La redistribution au bénéfice des ménages modestes

Julie Labarthe, Michèle Lelièvre, Céline Arnold, Bénédicte Boisguerin, Jonathan Duval, Mathieu Calvo, Audrey Isel, Anne Legal, Arnaud Périgord

Études et statistiques (2006-2016)

Paru le 22/07/2011 Màj le 04/02/2021

Résumé

Ce nouveau recueil s’intéresse pour l’année 2009 non seulement à l’évolution des minima sociaux en vigueur, mais aussi plus largement aux effets redistributifs des prestations sociales.
Les prestations sociales non contributives (prestations familiales, allocations logement, minima sociaux, prime pour l’emploi) jouent un rôle essentiel dans le système de redistribution français. Ainsi, elles représentent en 2008, 37% du revenu disponible des 10% de ménages les plus modestes.

 

En 2009, 3,5 millions de personnes sont allocataires de l’un des onze minima sociaux qui couvrent au total 6,1 millions de personnes. Elles sont 6,2% de plus qu’en 2008 pour cette première année de mise en œuvre du revenu de solidarité active en métropole à la mi-2009. Leur progression est fortement marquée par les effets de la crise économique avec une hausse de 10,5% du nombre de bénéficiaires du revenu minimum d’insertion, de l’allocation de parent isolé ou du revenu de solidarité active pour son volet socle et conjointement de 7,5% du nombre de chômeurs percevant l’allocation de solidarité spécifique. Les autres prestations sociales complétant les revenus des ménages les plus modestes n’ont en revanche que peu évolué.

  • Labarthe, J., Lelièvre, M., Arnold, C., et al. (2011, juillet). Minima sociaux et prestations sociales en 2009. La redistribution au bénéfice des ménages modestes. Paris, France : DREES, coll. Études et statistiques.

Historique

Sources, outils & enquêtes

Nous contacter