Hébergement d’urgence permanent : au cours des années 2010, davantage de familles et des séjours rallongés - Résultats des enquêtes auprès des établissements et services pour adultes et familles en difficulté sociale (ES-DS) 2008, 2012 et 2016

Pierre-Yves CABANNES (DREES) et Marine EMORINE (ENSAI et DREES)

Études et résultats

N° 1184

Paru le 04/03/2021 Màj le 16/03/2021

Résumé

Début 2017, 26 000 personnes sont hébergées en places d’urgence permanentes dans un centre d’hébergement, soit 17 000 de plus que début 2009, d’après l’enquête quadriennale de la DREES auprès des établissements et services pour adultes et familles en difficulté sociale (ES-DS). Cette hausse marquée s’est poursuivie depuis.

Trois personnes hébergées sur dix sont mineures, leur part a augmenté de 8 points entre 2013 et 2017. Parmi les adultes hébergés, 46 % sont des hommes isolés, 17 % des femmes isolées et 12 % des femmes seules avec enfant(s). La part des hommes isolés baisse de 11 points, alors que celle des adultes avec enfant(s) augmente de 8 points par rapport à 2013.

Cette hausse de la part des adultes avec enfant(s) est liée en partie à la hausse de la part des ressortissants de pays hors de l’Union européenne (UE). Ces derniers représentent deux tiers des personnes hébergées et leur part a augmenté de 6 points depuis 2013.

Début 2017, une personne hébergée en place d’urgence permanente sur deux y est depuis au moins 4 mois et demi et une sur cinq depuis au moins 15 mois. L’ancienneté médiane a plus que doublé depuis 2013, elle était alors de 2 mois. Les familles et les ressortissants d’un pays hors de l’UE restent plus longtemps que les autres.

Pour une description de l’enquête ES-DS, voir la page web dédiée sur le site internet de la DREES

 

Nous contacter