Les lésions des pieds chez les patients diabétiques adultes Quelle prise en charge à l’hôpital ?

Philippe Oberlin, Marie-Claude Mouquet, Isabelle GOT

Études et résultats

N° 473

Paru le 01/03/2006 Màj le 21/12/2020

Résumé

Les complications dégénératives liées à l’évolution du diabète peuvent avoir de graves conséquences, les lésions des pieds risquant notamment d’aboutir à des amputations des membres inférieurs. Or, une prise en charge de qualité de ces lésions du « pied diabétique » doit permettre de réduire le nombre d’amputations. Les hospitalisations pour ce motif des patients de 18 ans ou plus ont progressé en moyenne de près de 9% par an entre 1997 et 2003.

Cette croissance peut être pour partie motivée par une meilleure prise en charge des complications. Depuis 1997, la prise en charge hospitalière du « pied diabétique » a, en effet, été marquée par une forte augmentation des gestes non chirurgicaux (soins locaux et pansements) et, dans une moindre mesure, des gestes chirurgicaux conservateurs (mises à plat des lésions et revascularisations). Toutefois, malgré ces efforts pour limiter les amputations, celles-ci ont continué à croître et concernent encore quatre séjours chirurgicaux pour « pied diabétique » sur dix. La plupart de ces hospitalisations s’effectue dans le secteur public. La majorité des patients hospitalisés (quatre sur cinq) l’ont été une seule fois dans l’année. À âge égal, les hospitalisations sont deux fois plus fréquentes chez les hommes diabétiques dont le taux d’amputation est en outre près de trois fois supérieur à celui des femmes.

Des disparités importantes de prise en charge sont observées entre régions que n’expliquent pas les différences de prévalence du diabète. Le Nord - Pas-de-Calais où le taux d’hospitalisation pour « pied diabétique » est faible s’oppose, par exemple, à la zone géographique Centre-Est où il est élevé malgré une prévalence du diabète moins importante.

Nous contacter