Études et résultats

N° 184

Paru le 01/08/2002 Màj le 21/12/2020

Résumé

L’activité hospitalière de court séjour des établissements de santé publics reste quasiment stable en 2001. Le nombre d’entrées progresse de 0,2 % tandis que le nombre de journées d’hospitalisation diminue légèrement ( 0,1 %). En médecine, le nombre d’entrées et de journées progressent tous deux au cours de l’année (respectivement de +0,5 % et +0,8 %). En chirurgie, après une baisse de 0,3 % en 2000, le nombre d’entrées se stabilise (+0,1 %) alors que le nombre de journées enregistre cette année encore une baisse (-1,5 %). En gynécologie-obstétrique, après la forte croissance d’activité enregistrée en 2000 (+2,7 % pour le nombre d’entrées et +2,8 % pour le nombre de journées), l’activité diminue en 2001 dans les établissements publics (respectivement -1,5 % et -1,6 %) en raison de la stabilisation des naissances et de la baisse de la durée moyenne de séjour.

En psychiatrie, la tendance à la baisse d’activité se poursuit en 2001 avec une diminution de 2 % du nombre de journées d’hospitalisation complète. En soins de suite et de réadaptation, le nombre de journées d’hospitalisation enregistre enfin une diminution de 0,8 % en 2001, tandis qu’en soins de longue durée, le nombre de journées reste stable.

Enfin, le nombre de venues en hospitalisation partielle ou en chirurgie ambulatoire progresse de 2,2 % dans les hôpitaux publics en 2001, prolongeant la tendance des années précédentes.

L’activité des établissements de santé privés participant au service public hospitalier (PSPH) a enregistré en 2001 un recul dans la plupart des disciplines tandis que dans les établissements privés sous Objectif quantifié national (OQN), c’est l’activité en chirurgie qui est à l’origine de la légère progression du nombre d’entrées.

Sources, outils & enquêtes

Nous contacter