S’arrêter de travailler durant trois ans pour s’occuper de son enfant : une idée qui progresse chez les pères

Denise BAUER - Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES)

À la question « Combien de temps accepteriez-vous d’interrompre votre activité
professionnelle afin de garder et d’éduquer votre enfant ? » posée à des parents quatre à six mois après la naissance de leur enfant, les mères sont comme à l’accoutumée plus nombreuses que les pères à compter en années plutôt qu’en mois. Cependant, 20 % des pères se disent prêts à le faire durant au moins trois ans. Ces pères se déclarent moins impliqués que les autres dans le champ professionnel, alors que leur compagne est plutôt mieux insérée dans son travail ; l’apport de ces pères dans les ressources du ménage est d’ailleurs plus faible que la moyenne. Soucieux d’égalité au sein de leur couple, ils sont plus actifs que les autres pères s’agissant des tâches domestiques ou pour s’occuper des enfants. Les 10 % des mères qui, à l’autre extrême, n’accepteraient pas de s’arrêter, ou alors seulement trois mois, sont plus diplômées que les autres mères. Leur investissement dans le travail paraît à la mesure de leur volonté de maintenir leur activité professionnelle. De tous âges, elles se prononcent en faveur de plus d’égalité dans leur couple.

pdf Études et résultats - 638 - S’arrêter de travailler durant trois ans pour (...) Téléchargement (383.7 ko)