La régulation des professions de santé - Études monographiques Allemagne, Royaume-Uni, Québec, Belgique, États-Unis - Rapport final

Yann BOURGUEIL, Ulrike DÜRR, Gérard DE POUVOURVILLE et Sophie ROCAMORA-HOUZARD - Groupe Image-ENSP

La contribution des systèmes de soins à l’amélioration de la santé des populations passe principalement par les professionnels de santé et notamment les médecins qui en constituent, malgré la technicisation croissante des pratiques de soins, le levier principal d’action. Parce que le médecin est prescripteur, la démographie médicale fait l’objet dans la plupart des pays occidentaux d’une attention soutenue, le plus souvent dans une perspective de contrôle des dépenses de santé. Plusieurs travaux récents ont porté sur la démographie médicale en France, ce qui témoigne d’un intérêt croissant sur un sujet longtemps considéré comme résolu par la mise en place du numerus clausus et du concours de l’internat de spécialité. Le vieillissement de la population, les perspectives de réorganisation du système de soins par le biais des réseaux et des restructurations hospitalières, l’émergence de nouveaux métiers, la féminisation de la profession sont autant de facteurs qui pour les différents acteurs du système de soins français annoncent une pénurie grave de médecins à venir ou offrent des opportunités pour redéfinir le rôle et la place d’une profession médicale en questionnement sur son devenir. Dans ce contexte, la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) du Ministère de l’Emploi et de la solidarité a souhaité mieux connaître comment, dans les autres pays occidentaux, est abordée la régulation des professions médicales. Afin de décrire une grande variété de politiques de régulation, nous avons exploré différents pays choisis en raison de leurs positions contrastées : l’Allemagne, pour la ressemblance de son système de protection sociale avec celui de la France et les récentes mesures prises de limitation à l’installation ; le Royaume-Uni, pour les mesures prises pour une meilleure répartition de l’offre de soins primaire ; le Québec, pour les problèmes spécifiques d’accessibilité géographique aux soins sur un territoire extrêmement vaste ; la Belgique, pour sa proximité géographique, historique et linguistique et les choix de régulation opposés à ceux faits par la France dans les années 60, enfin, les États-Unis, pour la place croissante prise par les professions intermédiaires dans la régulation des professions médicales.

pdf Série Études - 22 - La régulation des professions de santé - Études (...) Téléchargement (2.7 Mo)
pdf Série Études - 22 - La régulation des professions de santé - Études (...) Téléchargement (1.6 Mo)