En 2018, la transformation du paysage hospitalier se poursuit avec un nombre de places en hospitalisation à temps partiel qui continue d’augmenter

En 2018, un peu plus de 3 000 établissements de santé (hôpitaux et cliniques) sont recensés en France, un nombre qui s’inscrit à la baisse sur les cinq dernières années. De même, le nombre de lits en hospitalisation complète, c’est-à-dire avec nuitée, diminue : 17 500 lits ont été fermés depuis 2013 (-4,2 %). Sur la même période, le nombre de places en hospitalisation à temps partiel sans nuitée a, lui, progressé à un rythme soutenu (+7,4 %). Cette évolution des capacités d’accueil s’opère dans le contexte du développement des alternatives à l’hospitalisation complète conventionnelle avec nuitée, comme la prise en charge en ambulatoire ou à domicile qui poursuivent leur croissance.

En 2018, la statistique annuelle des établissements (SAE) recense 3036 structures hospitalières dont 1 356 hôpitaux publics, 681 établissements privés à but non lucratif et 999 cliniques privées. Ce décompte s’inscrit dans une tendance à la baisse du nombre de sites hospitaliers, principalement dans le secteur public (-4,2 % entre 2013 et 2018), mais aussi dans les cliniques privées (-1,3 %), tandis que le nombre d’établissements privés à but non lucratif est resté stable.

Les capacités d’accueil des établissements connaissent une double évolution. En hospitalisation à temps complet avec nuitée, le nombre de lits a diminué de 1,0 % entre 2017 et 2018. En revanche, en hospitalisation partielle, les capacités qui se comptent en nombre de places, ont augmenté de 2,4 % sur la même période.

Depuis 2013, 17 500 lits ont fermé, soit un recul de 4,2 % en 5 ans alors que 5 300 places ont été créées (+7,4 %). Cette réorganisation s’explique en partie par l’évolution des modes de prise en charge vers davantage d’hospitalisation à temps partiel, notamment en médecine, chirurgie, obstétrique et odontologie (MCO) et en soins de suite et réadaptation (SSR), des disciplines de court et moyen séjours. De même, la progression de l’hospitalisation à domicile (HAD), autre alternative à l’hospitalisation conventionnelle, connaît un essor depuis 10 ans. En particulier, ses capacités d’accueil ont progressé 3,4 % entre 2017 et 2018.

Entre 2013 et 2016, le nombre de salles d’intervention (chirurgicale, classique, ambulatoire) ou d’exploration (imagerie, actes d’obstétrique hors salles de travail, actes d’endoscopie) a diminué de 6,2 %. Cette tendance s’explique en partie par la réorganisation des établissements de santé mais aussi par la fermeture de salles sous-utilisées. Depuis 2016, le nombre de ces salles est resté stable : 10 800 salles sont recensées en 2018.

Pour en savoir plus :

« En 2018, le nombre de places en hospitalisation à temps partiel progresse à un rythme soutenu », Études et Résultats n°1130.

Les données complémentaires sont présentes sur le site open data de la DREES :
http://www.data.drees.sante.gouv.fr/ReportFolders/reportFolders.aspx?IF_ActivePath=P,432,433

Ainsi que sur le site de diffusion de la SAE :
https://www.sae-diffusion.sante.gouv.fr/sae-diffusion/accueil.htm