Un nombre de tests positifs en baisse importante et continue, mais demeurant élevé chez les personnes non-vaccinées

Communiqué de presse

Paru le 01/10/2021

Màj le 08/11/2021

Mise à disposition des données d’appariements entre les bases SI-VIC, SI-DEP et VAC-SI jusqu’au 19 septembre 2021

 

Cette note a fait l'objet d'une révision le 29/10/21 : la consulter.

Entre le 13 et le 19 septembre 2021, le nombre de tests RT-PCR positifs pour 100 000 habitants est en baisse pour la cinquième semaine consécutive quel que soit le statut vaccinal. Il s’élève à 160 pour 100 000 habitants non vaccinés (contre 216 la semaine précédente), alors qu’il n’est que d’un peu plus de 19 pour 100 000 habitants vaccinés (contre 28). Il y a ainsi toujours près de 8 fois plus de tests positifs parmi les personnes non-vaccinées que parmi celles complètement vaccinées à taille de population comparable.

Durant cette semaine, le nombre d’entrées de patients non-vaccinés en soins critiques diminue : il est de 18 pour 1 million de non-vaccinés après 23 la semaine précédente. Les personnes non-vaccinées représentent 78 % des admissions en soins critiques et 74 % des admissions en hospitalisation conventionnelle, alors qu’elles ne sont que 27 % au sein de l’ensemble de la population résidente.

Par ailleurs, on comptabilise 11 décès pour 1 million de personnes non vaccinées contre 2 pour celles qui sont complètement vaccinées. Il y a donc environ 6 fois plus de décès chez les personnes non-vaccinés que chez celles complètement vaccinés à taille de population comparable durant la période considérée.

En lien avec le reflux épidémique, les entrées en soins critiques baissent pour les non-vaccinés comme pour les complètement vaccinés dans la plupart des régions. En particulier, le nombre de cas graves pour covid-19 a fortement chuté en Corse pour les non-vaccinés. L’Occitanie et Provence-Alpes-Côte d’Azur connaissent aussi une baisse, plus marquée en Occitanie. 

En Guyane, la situation est très défavorable. Le nombre de nouveaux cas graves chez les personnes non-vaccinés a doublé par rapport à la semaine précédente passant de 33 à 71 pour 1 million de non-vaccinés. En revanche, ce nombre baisse pour la Martinique et la Guadeloupe où l’épidémie a été très forte cet été.

Ces résultats, actualisés chaque semaine, sont issus du rapprochement des informations issues de SI-VIC, SI-DEP et VAC-SI, les systèmes d’information portant respectivement sur les hospitalisations, les tests et la vaccination Covid-19, intervenus jusqu’au 19 septembre 2021. Les résultats nationaux des appariements ainsi que des déclinaisons régionales et par classe d’âge sont mis à disposition sous forme de graphiques en format PDF et de fichiers csv permettant d’exploiter plus finement les résultats présentés. Ces fichiers sont disponibles sur le site de données ouvertes de la DREES.

Les résultats présentés ici sont issus de l’exploitation des appariements entre les données de :

- SI-VIC, base de données sur les hospitalisations conventionnelles ou en soins critiques (réanimation, soins intensifs et soins continus) de patients hospitalisés pour ou positifs au test Covid-19,

- SI-DEP, base de données sur les résultats des tests de dépistage du virus SARS-CoV-2 causant la Covid-19,

- VAC-SI, base de données sur les vaccinations Covid-19.

Les données utilisées portent sur la période du 31 mai au 19 septembre 2021 et ont été extraites le 28 septembre.

 

Les décomptes issus de l’appariement des trois bases SI-VIC, SI-DEP, VAC-SI portent sur des personnes dont l’âge est renseigné. De plus, les événements hospitaliers (entrée en hospitalisation conventionnelle, entrée en soins critiques, décès) sont comptabilisés en date de survenue. À l’exception des colonnes « Admissions et décès hospitaliers – Ensemble » du tableau 1, toutes les statistiques d’événements hospitaliers présentées sont établies sur des personnes pour lesquelles au moins un test RT-PCR positif a été identifié entre 21 jours avant l’hospitalisation et 21 jours après l’événement hospitalier (ou la date d’extraction des données pour les statistiques les plus récentes). Cette restriction de champ aux patients admis à l’hôpital ou décédés pour lesquels un test positif a été identifié explique l’écart constaté entre les colonnes « Ensemble » et « dont RT-PCR positive » de la partie « Admissions et décès hospitaliers ».

 

Les décomptes issus de l’appariement des deux bases SI-DEP et VAC-SI portent sur des nombres de tests RT-PCR en date de prélèvement durant la même période que les statistiques d’hospitalisation et de couverture vaccinale. Les tests antigéniques n’ont pas été retenus parmi les tests car ils peuvent être redondants, en cas de résultats positif, avec la PCR qui devrait s’ensuivre et ne comportent pas d’informations aussi complètes que les tests RT-PCR (taux de non-réponse beaucoup plus élevé notamment concernant la présence de symptômes).

 

Les dénombrements de tests (nombre et résultats positifs) ne sont pas dédoublonnés au-delà de la journée. Autrement dit, lorsqu’une personne réalise plusieurs tests RT-PCR à des dates différentes, les nombres de tests et les positifs associés sont comptés à chaque fois dans les effectifs et ratio.

 

Les décès dénombrés de patient positifs Covid-19 sont ceux survenus à l’hôpital (y compris dans d’autres services que ceux d’hospitalisation conventionnelle et de soins critiques), enregistrés dans SI-VIC et concernant les seuls patients admis à l’hôpital après le 15 mai - dans le but de centrer l’analyse sur les événements associés à la quatrième vague épidémique. En pratique, les décès sur la période sous revue (qui débute en juillet) de personnes admises à hôpital avant le 15 mai sont très faibles. Par ailleurs, les dénombrements ici présentés (colonne « décès / ensemble » du tableau 1) sont en date de survenue et issus des appariements ; ils ne coïncident donc pas avec les données non appariées et en date d’enregistrement que publie Santé publique France.

 

En concordance avec les choix effectués par Santé publique France, le statut vaccinal des patients a été défini suivant quatre modalités dont les contours varient suivant le vaccin utilisé et l’antécédent de Covid-19 des patients :

pour les vaccinations sans antécédent de Covid-19 avec vaccins non monodose (hors Janssen) :

  • Non vacciné (0) : personne n’ayant jamais reçu d’injection de vaccin contre le Sars-Cov-2
  • Primo dose récente (1-) : personne ayant reçu une première dose depuis 14 jours ou moins
  • Primo dose efficace (1+) : personne ayant reçu une première dose depuis plus de 14 jours ou ayant reçu une deuxième dose depuis 7 jours ou moins
  • Vaccination complète (C) :  personne ayant reçu une deuxième dose depuis plus de 7 jours

 

pour les vaccinations sans antécédent de Covid-19 avec vaccin mono dose (Janssen) :

  • Non vacciné (0) : personne n’ayant jamais reçu d’injection de vaccin contre le Sars-Cov-2
  • Primo dose récente (1-) : personne ayant reçu une dose de Janssen depuis 14 jours ou moins
  • Vaccination complète (C) :  personne ayant reçu dose de Janssen depuis plus de 14 jours

 

pour les vaccinations avec antécédent de Covid-19 :

  • Non vacciné (0) : personne avec antécédent n’ayant jamais reçu d’injection de vaccin contre le Sars-Cov-2
  • Primo dose récente (1-) : personne avec antécédent ayant reçu une dose depuis 7 jours ou moins
  • Vaccination complète (C) :  personne avec antécédent ayant reçu une dose depuis plus de 7 jours

 

L’identification du statut vaccinal est faite à partir des informations sur les injections dans la base VAC-SI. Lorsque les personnes n’ont pas pu être identifiées comme vaccinées, partiellement ou complètement, elles sont considérées comme non-vaccinées.

Les taux de couverture vaccinale utilisés ici ont été estimés par la DREES en mobilisant, pour les numérateurs, la source VAC-SI suivant une extraction issue du portail SNDS de la CNAM. En effet, ce choix permet de décliner les analyses suivant les niveaux régionaux et départementaux de lieu de résidence plus cohérents avec une approche épidémiologique que les décomptes suivant le lieu de vaccination disponible dans la version de VAC-SI mise à disposition pour Santé publique France et la DREES[1]. Les populations résidentes au 1er janvier 2021 estimées par l’Insee (https://www.insee.fr/fr/statistiques/1893198) ont été utilisées comme dénominateur des taux de couverture vaccinale. Les effectifs de personnes non vaccinées, qui peuvent être surestimés dans le SNDS, sont établis par différence entre la population résidente et les effectifs de personnes vaccinées.

Tous les âges sont pris en compte dans les dénombrements de tests, d’entrées, de décès et de population vaccinée (y compris les personnes de moins de 12 ans).

Pour les tableaux et graphiques présentant des nombres de tests RT-PCR positifs ou d’événements hospitaliers pour 100 000 habitants selon le statut vaccinal, les dénombrements de ces tests positifs ou de ces événements sont rapportés à la population du statut vaccinal 7 jours auparavant, pour tenir compte de l’existence d’un délai entre la date de contamination (non observée) et la date de test ou celle d’hospitalisation.

 

[1] L’information sur le département de résidence n’est disponible dans la version de VAC-SI mise à disposition de la DREES que sur une part des patients et elle est moins fiable que celle disponible via le portail SNDS de la CNAM.

 

Pour en savoir plus

Historique