Suivi mensuel des prestations de solidarité pendant la crise sanitaire : édition de janvier 2021

Communiqué de presse

Paru le 29/01/2021 Màj le 04/02/2021
Dans le contexte actuel de crise sanitaire, la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) publie chaque mois un tableau de suivi des prestations de solidarité, réalisé avec le concours des organismes gestionnaires de ces prestations. Cette publication vise à rassembler et mettre à disposition les données mensuelles disponibles les plus récentes et à éclairer les effets de la crise sanitaire, y compris à l’échelle des territoires, sur l’évolution de la pauvreté en France. Ce tableau fournit des informations sur les effectifs nationaux et départementaux des allocataires du revenu de solidarité active (RSA), de l’allocation aux adultes handicapés (AAH), de l’allocation de solidarité spécifique (ASS), de la prime d’activité, des aides au logement et des bénéficiaires de la Garantie jeunes. Son contenu est amené à évoluer au cours des publications, à la fois en termes d’indicateurs et de prestations considérées [1]. À l’occasion de cette édition de janvier du tableau de suivi des prestations, la DREES publie également, dans sa collection Dossiers, un éclairage plus structurel sur les conditions de logement des bénéficiaires de revenus minima garantis.

En novembre 2020, le nombre d’allocataires du RSA se maintient à un niveau élevé par rapport à la situation avant le premier confinement

Fin novembre 2020, 2,08 millions de foyers perçoivent le revenu de solidarité active (RSA), soit une augmentation de 8,3 % par rapport à novembre 2019, alors que le nombre d’allocataires était proche de 1,9 million de janvier 2017 à février 2020. En hausse à la suite du premier confinement, du fait de la détérioration de la situation économique, la croissance en glissement annuel [2] des effectifs du RSA se stabilise à un niveau élevé depuis le mois de juillet (autour de 8 %). Le deuxième confinement n’entraîne pas de hausse fin novembre de la croissance annuelle des effectifs.

Les effectifs de la prime d’activité repartent à la hausse après une baisse à l’issue du premier confinement

Fin novembre 2020, 4,52 millions de foyers bénéficient de la prime d’activité, soit une légère hausse de 1,2 % en un an. Les effectifs ont légèrement augmenté durant le premier confinement (+1,4 % entre février et mai 2020) puis ont diminué à l’issue de celui-ci (-3,7 % entre juin et août 2020). Depuis, les effectifs repartent à la hausse (+3,3 % entre août et novembre).

Une stagnation des effectifs de l’AAH depuis août 2020

Fin novembre 2020, 1,20 million de personnes [3] bénéficient de l’AAH, soit une augmentation de 1,4 % en un an. Si la hausse des effectifs de l’AAH est une tendance constatée sur le long terme, elle était plus forte entre janvier et août 2020 (+3,5 %) qu’entre les mêmes mois des années précédentes. En revanche, depuis août, les effectifs stagnent.

La hausse des effectifs des allocataires d’une aide au logement se poursuit

Fin novembre 2020, 6,51 millions de foyers [4] perçoivent une aide au logement. Alors que le taux de croissance en glissement annuel était négatif chaque mois depuis octobre 2018 (compris entre -1,3 % et -0,4 %), signe d’une lente baisse des effectifs, il est nul en avril 2020 (+0,1 %) et redevient positif en mai (+0,5 %). Il augmente continuellement depuis pour atteindre +2,5 % en novembre. Les effectifs de novembre 2020 sont les plus élevés de la période 2017-2020.

Après une forte hausse à l’issue du confinement, le nombre d’allocataires de l’ASS diminue légèrement fin octobre

Fin octobre 2020, le nombre d’allocataires de l’ASS indemnisés en fin de mois s’élève à 376 700 personnes, soit une hausse de 6,1 % par rapport à octobre 2019. Après une diminution continue depuis 2015, interrompue par le premier confinement, les effectifs de l’ASS sont repartis à la hausse entre mai et septembre 2020 (+11,2 %) avant de baisser légèrement en octobre (-1,0 % par rapport à septembre).

[1] Les données sur les bénéficiaires de l’accompagnement associé à la Garantie jeunes n’ont pas été actualisées depuis la publication de décembre 2020. Cependant, ont été ajoutées des données nationales et départementales jusqu’en mai 2020 sur le nombre de jeunes bénéficiant de l’allocation associée à la Garantie jeunes.
[2] La croissance en glissement annuel un mois m est le taux de croissance entre l’effectif du mois m-12 et celui du mois m.
[3] Cet effectif concerne uniquement le régime général (97 % des allocataires de l’AAH en décembre 2019).
[4] Cet effectif concerne uniquement le régime général (97 % des allocataires d’une aide au logement en décembre 2019)

Des conditions de logement toujours difficiles pour les bénéficiaires de revenus minima garantis

À l’occasion de la mise en ligne de l’édition de janvier 2021 du suivi mensuel des prestations de solidarité, la DREES publie également dans la collection Dossiers de la DREES une analyse des conditions de logement des bénéficiaires de minima sociaux et de la prime d’activité, réalisée à partir de son enquête de 2018 auprès des bénéficiaires de minima sociaux (enquête « BMS »). Fin 2018, 22 % de ces bénéficiaires ne disposaient pas d’un logement ordinaire autonome : 5 % ne vivent pas dans un logement ordinaire (ils vivent par exemple dans un établissement d’hébergement, une habitation mobile, une résidence pour personne âgée, pour personne handicapée, pour étudiant, etc.) et 17 % vivent dans un logement ordinaire mais qui n’est pas le leur (ils sont logés par un tiers ou hébergés par un proche). Quel que soit l’indicateur de mauvaises conditions de logement retenu, les bénéficiaires de revenus minima garantis y sont davantage confrontés que l’ensemble de la population. En conséquence, les bénéficiaires de revenus minima garantis ont une opinion plus négative sur leurs conditions de logement. Ainsi, 13 % des bénéficiaires jugent leurs conditions de logement mauvaises (contre 6 % parmi l’ensemble de la population) et 44 % souhaiteraient changer de logement (22 % de l’ensemble), des chiffres stables par rapport à 2012.

Consulter

 

Pour en savoir plus

Nous contacter