Les passages aux urgences de 1990 à 1998 : une demande croissante de soins non programmés

Dominique BAUBEAU, Annie DEVILLE, Marc JOUBERT (DREES) Caroline FIVAZ, Isabelle GIRARD, Sylvie LE LAIDIER (CNAMTS)

Études et résultats

N° 72

Paru le 01/07/2000 Màj le 21/12/2020

Résumé

Le nombre de passages aux urgences dans les établissements publics a crû de 43 % de 1990 à 1998. En 1998, le nombre total de ces passages peut être évalué à 11 273 000, dont 10 331 000 dans le secteur public. Cette augmentation traduirait de nouveaux comportements des usagers en matière de recours aux soins et une évolution de l'organisation des soins entre médecine de ville et hôpital.

Au total, en 1998, 21,5 % de ces passages ont donné lieu à une hospitalisation en soins de courte durée, soit une admission sur cinq dans les gros établissements (plus de 60 000 entrées directes en médecine-chirurgie-obstétrique) et une sur deux dans les plus petits établissements (moins de 10 000 entrées directes en MCO).

Parallèlement, le nombre total des visites à domicile a diminué de 8,4 % alors que les visites la nuit, le dimanche et les jours fériés augmentaient (de 1,1 % en moyenne annuelle à partir de 1996). Elles sont essentiellement assurées par les omnipraticiens et un peu plus de la moitié d'entre elles ont lieu les dimanches et jours fériés. Dans les régions, la fréquentation des urgences hospitalières varie encore du simple au double même si ces disparités tendent à se réduire. La situation est aussi inégale pour les visites à domicile donnant lieu à majoration.

Nous contacter