Accès à la propriété : les inégalités s'accroissent depuis quarante ans

Carole Bonnet (INED et DREES), Bertrand Garbinti (CREST), Sébastien Grobon

Études et résultats

N° 961

Paru le 27/05/2016 Màj le 21/12/2020

Résumé

Alors que l’accès à la propriété des plus modestes s’est détérioré depuis la fin des années 1980, il s’améliore depuis quarante ans pour les plus aisés. Parmi les 25 à 44 ans les plus modestes, la part de propriétaires a été divisée par deux de 1988 à 2013, après une période de stabilité. Mais cette part s’est accrue de moitié parmi les plus aisés du même âge, depuis les années 1970. Au-delà des politiques du logement, des conditions d’emprunt et des prix de l’immobilier, l’aide de la famille a joué un rôle dans ces évolutions.
Cette moindre progression des prestations sociales en France s’inscrit dans une tendance plus ou moins marquée au sein de l’Europe des Quinze. Pour des raisons de consolidation budgétaire, les prestations maladie reculent même dans certains pays durement touchés par la crise. C’est le cas en Espagne et en Italie, où le volume des prestations sociales diminue depuis 2009.

Dans ce contexte économique morose, le nombre de personnes exposées à un risque de pauvreté ou d’exclusion sociale s’accroît sensiblement dans plusieurs pays membres de l’Union européenne.

Pour en savoir plus

Sources, outils & enquêtes

Nous contacter