Compte provisoire de la protection sociale : en 2017, le solde redevient positif

GIFEn France, l’année 2017 a été marquée par une croissance du PIB plus élevée qu’en 2016 (+2,8 % en valeur après +1,4 %), le retour de l’inflation (+1,0 %) après deux années très basses, et une baisse du taux de chômage au sens du Bureau international du travail (BIT) [9,4 % en 2017 en moyenne annuelle, après 10,1 % en 2016].

Les dépenses de protection sociale progressent de manière modérée (+2,1 %), tandis que les ressources sont nettement plus dynamiques (+3,0 %), grâce au contexte économique plus favorable. Ainsi, le solde de la protection sociale s’établit à 6,2 milliards d’euros en 2017 et redevient positif pour la première fois depuis 2008.

Les ressources de la protection sociale s’élèvent à 781,3 milliards d’euros en 2017. Leur forte progression s’explique par la nette accélération des cotisations sociales (+3,2 %, après +1,1 %) et des impôts et taxes affectés (+2,6 %, après +0,5 %).

Les dépenses de protection sociale atteignent 775,0 milliards d’euros en 2016, dont 728,2 milliards d’euros au titre des prestations de protection sociale. Ces dernières représentent 94 % du total des dépenses. Elles augmentent de 1,9 %, soit un rythme proche de celui de 2016 (+1,8 %).

Référence : Morgane Glotain, Myriam Mikou, Céline Pilorge (DREES), 2018, « Compte provisoire de la protection sociale : en 2017, le solde redevient positif », Études et Résultats, n°1093, Drees, novembre.