Arrêts maladie dans le secteur hospitalier : les conditions de travail expliquent les écarts entre professions

JPEGEn France, les établissements de santé sont l’un des secteurs d’activité où les salariés ont le plus recours aux arrêts maladie, avec 10 jours d’absence déclarés pour maladie par an en moyenne, contre 7,9 dans l’ensemble des secteurs.

Dans les établissements privés à but lucratif ou non lucratif, le nombre de jours d’absence pour maladie est équivalent à celui des hôpitaux publics, y compris à structure de main-d’oeuvre et conditions de travail comparables.

Selon les professions, les écarts sont importants. Les médecins et les professions administratives se distinguent par un nombre d’arrêts nettement plus faible que les aides-soignant·e·s et les agent·e·s d’entretien et, dans une moindre mesure, les infirmier·e·s. Ces écarts s’expliquent par des différences de conditions de travail, notamment d’exposition aux contraintes physiques. Les contraintes psycho-sociales et les exigences émotionnelles en particulier constituent également des déterminants importants de recours aux arrêts maladie.

Si les femmes ont davantage d’arrêts maladie que les hommes (4,8 jours de plus en moyenne par an), ces différences ne sont plus observées en dehors de l’âge des grossesses.

Référence : Catherine Pollak et Layla Ricroch (DREES), 2017, « Arrêts maladie dans le secteur hospitalier : les conditions de travail expliquent les écarts entre professions », Études et Résultats, n°1038, Drees, novembre.