La formation aux professions sociales en 1999-2000

François DELAPORTE

Depuis 1983-1984, le SESI, puis aujourd’hui la DREES, réalise, en collaboration avec le ministère de l’Éducation nationale (Direction de la programmation et du développement) et la Direction générale de l’action sociale, et avec le concours des DRASS-services statistiques, une enquête de périodicité annuelle auprès des écoles sociales sous tutelle du ministère de l’Emploi et de la solidarité.

Les formations enquêtées sont les suivantes, par ordre de présentation des résultats :

- Conseillers(ères) en économie sociale familiale
- Moniteurs éducateurs
- Assistants (es) de service social
- Aides médico-psychologiques
- Éducateurs spécialisés
- Formation supérieure de travail social
- Éducateurs de jeunes enfants
- Aides à domicile (CAFAD)
- Éducateurs techniques spécialisés
- Techniciens de l’intervention sociale familiale
(TISF, que l’on trouvera pour la dernière fois cette année sous leur ancienne appellation de travailleuses familiales)

Ce « Document de travail » présente les statistiques brutes obtenues à partir de l’enquête 1999-2000 : sections de formation et effectifs scolarisés en 1999-2000 et nombres de diplômes obtenus au cours de l’année 1999 (à l’issue donc de l’année scolaire 1998-1999). On notera que le nombre d’écoles indiqué pour le total toutes formations ne correspond pas au nombre d’établissements mais au nombre de sections de formations, un établissement étant recensé autant de fois qu’il dispense de formations.

Pour la formation de conseiller (ère) en économie sociale familiale, seule la 3e année, postérieure à l’acquisition du BTS, est prise en compte dans l’enquête. Le niveau d’études antérieures des nouveaux inscrits est analysé avec, pour la première fois cette année, une analyse fine par série de bac pour les bacheliers non titulaires d’un diplôme universitaire. La répartition des étudiants par sexe et âge se trouve également exposée cette année. D’autres tableaux concernent l’encadrement. Ces tableaux nécessitent les mises au point méthodologiques suivantes :

- Un formateur à temps plein qui assure un enseignement dans différentes formations sera décompté dans chacune comme un formateur à temps partiel. Le nombre de formateurs qui travaillent réellement à temps partiel est donc inférieur à ce qui est indiqué dans ces tableaux. Le nombre de formateurs en équivalent temps plein (ETP) indiqué à la ligne en dessous permet de cerner plus précisément l’encadrement dont bénéficient les étudiants
- Quelques écoles n’ont pas réussi à répondre de façon satisfaisante à ce tableau et ne sont pas prises en compte. Cette absence d’information concerne cette année environ 6,3 % des effectifs scolarisés. Le ratio d’étudiants par formateur (en ETP) qui est calculé ne prend pas non plus en compte les étudiants correspondants et constitue donc une estimation juste de la réalité. Mais il convient pour avoir la bonne estimation du nombre de formateurs en ETP de multiplier les nombres indiqués toutes formations confondues par 1,068.
- Les rubriques 3B à 3D recensent les diplômes possédés par les formateurs.

Aux totaux France exposés s’ajoutent les principaux résultats régionaux. Des résultats régionaux plus complets pourront être consultés à la DREES-Bureau BPS ou dans les DRASS concernées (services statistiques). Enfin des tableaux chronologiques exposent les principales données relatives à ces formations depuis 1982 et, pour les diplômes, depuis 1967. Cette année, la formation supérieure de travail social n’a pas été recensée dans la région Île-de-France.