Étude nationale sur les événements indésirables graves liés aux soins

Docteur Philippe MICHEL et collaborateurs

L’étude ENEIS a pour objectifs d’estimer l’incidence des événements indésirables graves liés aux soins (EIG) pris en charge dans les établissements de santé publics et privés et d’en connaître la part évitable. Elle a été financée par la Direction de la Recherche, des Etudes et de l’Evaluation et des Statistiques (DREES) et réalisée par le CCECQA.

Il s’agit d’une étude d’incidence sur une population ouverte de patients hospitalisés et observés dans les établissements de santé publics et privés pendant 7 jours au maximum. La fréquence des EIG a été estimée par la proportion des patients admis pour un EIG et la densité d’incidence des EIG pendant l’hospitalisation.

L’étude a été menée sur 292 unités de médecine et de chirurgie tirées au sort dans 71 établissements de santé. L’échantillon de séjours était constitué de 8 754 patients observés pendant un total de 35 234 journées d’hospitalisation. Parmi les 450 EIG identifiés pendant la période d’étude, 40% ont été considérés comme évitables. Les événements indésirables graves ont causé 3,9% (IC à 95% [3,3-4,6]) de l’ensemble des séjours hospitaliers. Les médicaments étaient à l’origine de près de 40% de ces EIG. La densité d’incidence des EIG survenue au cours de l’hospitalisation était de 6,6 pour 1 000 journées d’hospitalisation (IC à 95% [5,7-7,5]). Parmi eux, 37% ont été jugés évitables. Les actes invasifs, et en particulier les interventions chirurgicales, étaient les plus fréquents.

pdf Série Études - 60 - Étude nationale sur les événements indésirables graves liés (...) Téléchargement (586 ko)