Pathologies et perte d’autonomie des résidants en établissement d’hébergement pour personnes âgées

Nathalie DUTHEIL et Suzanne SCHEIDEGGER - Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES)

En établissement d’hébergement pour personnes âgées (EHPA), le nombre moyen de pathologies par patient augmente avec la perte d’autonomie. Les résidants très dépendants (GIR 1 et 2) cumulent huit pathologies, contre six pour les personnes peu ou pas dépendantes (GIR 5 et 6). La gravité des pathologies augmente également selon le niveau de dépendance. Les résidants des GIR 1 et 2 sont plus fréquemment atteints de démence (56 % d’entre eux) et d’incontinence urinaire (55 %) ; ceux des GIR 3 et 4 (modérément dépendants) souffrent surtout d’hypertension artérielle (HTA) et d’insuffisance cardiaque (respectivement 50 % et 31 %), enfin les patients classés en GIR 5 et 6, d’HTA et de troubles anxieux (respectivement 55 % et 38 %). Les résidants atteints au moins d’un syndrome démentiel constituent une population plus sévèrement dépendante au plan des fonctions supérieures qu’au plan locomoteur. La consommation de médicaments apparaît quant à elle relativement peu liée au niveau de dépendance. Un tiers des résidants en EHPA sont sujets à des douleurs repérées par les médecins ; ils sont fréquemment atteints de pathologies ostéoarticulaires.

pdf Études et résultats - 515 - Pathologies et perte d’autonomie des résidants en (...) Téléchargement (509.2 ko)