Les trajectoires professionnelles des bénéficiaires de minima sociaux

Anne BELLEVILLE-PLA - Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES)

Appréhender les trajectoires professionnelles des personnes bénéficiaires de minima sociaux en décembre 2001 au cours des deux années suivantes, était l’un des objectifs de l’enquête réalisée auprès d’un échantillon de 5 000 bénéficiaires début 2003.

Les trois quarts des personnes interrogées au titre de l’API, de l’ASS et du RMI sont toujours bénéficiaires de ce minimum social début 2003. Qu’elles soient sorties ou non du dispositif, les situations au regard de l’emploi sont diverses et peuvent être regroupées en trois grandes catégories : des personnes sans travail qui déclarent en rechercher un, des personnes sans emploi qui n’en recherchent pas et enfin des personnes qui occupent effectivement un emploi.

Ainsi, près de la moitié des personnes bénéficiaires d’un minimum social en 2001 indiquent rechercher un emploi en 2003. Elles effectuent en général des démarches multiples, mais des difficultés, liées aux frais induits ou à l’absence de moyens de transports, limitent leurs recherches. Des raisons spécifiques à chaque catégorie d’allocataires expliquent la persistance du chômage : l’âge et l’état de santé pour ceux de l’ASS, l’absence de formation ou d’expérience professionnelle pour les Rmistes, les contraintes familiales pour les bénéficiaires de l’API.

Une minorité de bénéficiaires de l’API, de l’ASS et du RMI ne recherche plus d’emploi en 2003 en raison surtout de problèmes de santé, de contraintes familiales ou de découragement. 37 à 42 % des personnes sorties des minima sociaux occupent enfin un emploi, contre 17 % de celles qui y sont restées. Ces emplois sont le plus souvent des emplois aidés, temporaires et à temps partiel. De ce fait, ils sont rarement considérés comme satisfaisants du point de vue du salaire et de la sécurité de l’emploi, mais ils sont en revanche appréciés du point de vue des conditions de travail. Pour une majorité d’allocataires, le travail représente d’abord un moyen de gagner sa vie, mais aussi un statut social.

pdf Études et résultats - 320 - Les trajectoires professionnelles des (...) Téléchargement (465.7 ko)