Les ophtalmologues : densités géographiques et tendances d’évolution à l’horizon 2020

Xavier NIEL, Marc SIMON, Annick VILAIN avec la participation de Dominique BAUBEAU - Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES)

À numerus clausus et nombre de postes d’internes maintenus à l’identique, les projections aboutissent tendanciellement à une forte décroissance du nombre d’ophtalmologues à l’horizon 2020, qui ramènerait leur effectif à un niveau proche de celui de 1980. Dans le même temps, l’évolution et le vieillissement de la population devraient mécaniquement jouer dans le sens d’une augmentation de la demande de soins, indépendamment de l’inflexion possible des comportements et des pratiques. Il y a, toutefois, peu de lien entre l’implantation des médecins sur le territoire et la répartition géographique des personnes susceptibles de déclarer des troubles ophtalmologiques, calculée en fonction de la structure sociodémographique des régions. La mobilité des patients est d’ailleurs forte d’un département à l’autre mais ils consultent moins souvent un ophtalmologue que d’autres spécialistes comme les gynécologues ou les dermatologues. Les orthoptistes et les opticiens participent également à l’offre de soins ophtalmologiques.

pdf Études et résultats - 83 - Les ophtalmologues : densités géographiques et (...) Téléchargement (691.2 ko)