Les indicateurs européens de cohésion sociale

Laurent CAUSSAT et Michèle LELIÈVRE - Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES)

Depuis le sommet de Lisbonne de 2000, les chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne ont adopté une « méthode ouverte de coordination » destinée à organiser la convergence des systèmes nationaux de protection sociale vers la réalisation d’objectifs communs dans le domaine de la cohésion sociale. Des indicateurs sociaux publiés régulièrement permettent de mesurer les progrès de l’Union en ce sens dans les domaines suivants : inclusion sociale, pensions et soins de santé.

Treize indicateurs transversaux sont complétés par trois séries d’indicateurs thématiques, couvrant de façon plus complète chacun des domaines concernés.

Les données produites dans le cadre de cet exercice mettent en évidence que la France présente des valeurs de ces indicateurs à la fois supérieures à la moyenne européenne en matière de limitation de la pauvreté monétaire et laborieuse, de qualification des jeunes ou de cohésion territoriale, et voisines de la moyenne européenne, pour ce qui est du taux d’activité ou des besoins de financement futurs des régimes de protection sociale. La France paraît toutefois en situation relativement défavorable en matière de performances du marché du travail ou d’espérance de vie sans incapacité à la naissance des hommes.

Cette étude décrit les indicateurs sociaux retenus au plan européen et met à disposition les données établies sur cette base. Il ne s’agit pas de débattre de la portée de ces indicateurs, de la signification des comparaisons ou encore de leurs éventuelles limites, ce qui fera l’objet de développements plus détaillés dans un prochain numéro des « Dossiers Solidarité et Santé » de la DREES.

pdf Études et résultats - 549 - Les indicateurs européens de cohésion (...) Téléchargement (472.8 ko)