Les disparités spatiales de mortalité par causes de décès : l’exemple des cancers de l’appareil digestif

Éliane MICHEL - Épidémiologiste à l’INSERM - Gérard SALEM - Professeur à l’Université Paris X-Nanterre, chargé de mission à la MiRe, responsable du programme « Espace, Santé et Territoire » - Stéphane RICAN - Statisticien-géographe, Laboratoire Espace, Santé et Territoire - Éric JOUGLA - Épidémiologiste de l’INSERM, directeur du SC 8

Extrait du premier volume paru de l’Atlas de la santé en France consacré aux disparités spatiales de mortalité par causes de décès enregistrés entre 1988 et 1992, cet article est centré sur les cancers de l’appareil digestif. Il illustre la démarche originale suivie dans cet ouvrage de géographie de la santé : confronter dans leur dimension spatiale facteurs de risque (consommation d’alcool, de tabac, habitudes alimentaires…), comportements sociaux et culturels et répartition de ces cancers sur le territoire. Des spécificités apparaissent selon les types de cancers de l’appareil digestif : cancers des voies aéro-digestives supérieures, de l’intestin et de l’estomac. Par exemple, les disparités des décès occasionnés par des cancers des voies aéro-digestives supérieures sont à la fois sociales et spatiales : les hommes sont dix fois plus exposés que les femmes, la catégorie sociale employés-ouvriers est dix fois plus touchée que les cadres et les habitants du nord de la France sont cinq fois plus atteints que ceux du sud. Des situations critiques se révèlent en outre dans des départements connus pour leurs problèmes sociaux (en région parisienne notamment).

pdf Études et résultats - 53 - Les disparités spatiales de mortalité par causes de (...) Téléchargement (642.9 ko)