Les disparités régionales en matière de retraites

Hélène CHAPUT - Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES)

C’est à partir de l’Échantillon interrégimes de retraites (EIR) que sont ici étudiées les disparités régionales en matière de retraites : le montant mensuel brut moyen de la retraite globale en France métropolitaine, qui s’élevait en 2001 à 1 136 euros recouvrait des moyennes régionales assez contrastées, s’étageant entre 973 euros en Basse-Normandie et 1 525 euros en Île-de-France. Les structures de population expliquent environ les trois quarts de ces disparités : une plus forte proportion de femmes et d’agriculteurs retraités dans une région influe ainsi à la baisse sur le montant des pensions - comme c’est le cas dans le Limousin, en Bretagne, Pays de la Loire et Auvergne, régions où les montants de retraite sont les moins élevées. Une plus forte proportion de jeunes retraités et d’anciens cadres influe au contraire à la hausse sur ce montant moyen - en Alsace et en Haute-Normandie, par exemple. La région de résidence explique néanmoins 5 % de la variance totale des montants de retraite individuels perçus. Cet impact spécifique de la région de résidence n’est toutefois réellement sensible que dans cinq régions dont l’Île-de-France et Provence-Alpes-Côte d’Azur et apparaît lié à des facteurs comme le niveau des salaires ou le degré d’urbanisation.

pdf Études et résultats - 249 - Les disparités régionales en matière de (...) Téléchargement (414.3 ko)