Les déterminants individuels des dépenses de santé

Denis RAYNAUD - Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES)

Les dépenses individuelles de soins sont globalement croissantes avec l’âge, et cette croissance s’accélère à partir de 60 ans pour les dépenses hospitalières et à partir de 50 ans pour les dépenses ambulatoires, notamment les dépenses de médicaments. Par ailleurs, entre 20 ans et 59 ans, les dépenses ambulatoires des femmes sont supérieures à celles des hommes, l’écart de dépense étant maximum entre 20 ans et 29 ans.
Un lien étroit existe entre consommation de soins et catégories socioprofessionnelles.

Toutes choses égales par ailleurs, les dépenses de médecins spécialistes, d’analyses biologiques, de soins optiques et les recours aux soins dentaires sont plus importants chez les cadres, alors que les personnes issues de ménages ouvriers ont les plus fortes consommations hospitalières et globalement des dépenses de santé plus élevées.

Le recours aux soins est moins fréquent pour les chômeurs, mais leurs dépenses ambulatoires apparaissent au bout du compte plus fortes.

On relève également une influence significative du diplôme et du revenu sur le recours ou sur les dépenses de médecins spécialistes et de soins dentaires, tandis que le fait de bénéficier d’une assurance complémentaire joue à la fois sur le recours aux soins et sur les dépenses ambulatoires.

Enfin, les familles nombreuses ont des consommations de soins ambulatoires et de médicaments plus faibles.

pdf Études et résultats - 182 - Les déterminants individuels des dépenses de (...) Téléchargement (369.4 ko)