Les déficiences motrices d’origine accidentelle

Vanessa BELLAMY et Christine DE PERETTI - Drees

L’enquête « Handicaps, incapacités, dépendance » apporte des informations sur les conséquences que les accidents peuvent avoir sur la santé et particulièrement sur les déficiences et incapacités qu’ils ont pu provoquer.

Près de 7 % des personnes interrogées ont déclaré avoir une déficience d’origine accidentelle. C’est le cas de 1 % des moins de 20 ans et de 18 % des personnes de 80 ans et plus.

Les déficiences motrices constituent près des trois quarts des déficiences dues aux accidents, et 30 % d’entre elles sont d’origine accidentelle. Les accidents en cause sont principalement les accidents du travail, qui prédominent dans la population masculine, et les accidents de la circulation. Viennent ensuite les accidents domestiques, particulièrement fréquents chez les femmes âgées, les accidents ou suites d’actes médicaux et enfin les accidents de sport ou de loisirs.

Les déficiences motrices d’origine accidentelle les plus graves qui touchent les 4 membres, deux membres d’un même côté ou les deux membres inférieurs affectent près de 4 personnes pour 1 000, soit environ 230 000 personnes en France métropolitaine. Les accidents les plus souvent en cause dans la survenue de ces déficiences graves sont les accidents de la circulation et les accidents de sport ou de loisirs. Les personnes qui déclarent une déficience motrice d’origine accidentelle ont dans quatre cas sur dix une limitation fonctionnelle grave (1,1 million de personnes).

pdf Études et résultats - 417 - Les déficiences motrices d’origine (...) Téléchargement (466.4 ko)