Les allocataires du minimum vieillesse

Nathalie AUGRIS - Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES)

Plus de 50 ans après sa mise en place, l’allocation supplémentaire du minimum vieillesse reste un dispositif essentiel de la protection sociale des personnes âgées les plus démunies. Cette allocation non contributive permet de compléter le revenu des personnes de 65 ans ou plus (60 ans en cas d’invalidité ou d’inaptitude) jusqu’au seuil du minimum vieillesse qui s’élève, en 2006, à 610 euros mensuels pour une personne seule et à 1 095 euros pour un couple.

À la fin de 2006, 599 000 personnes sont allocataires du « minimum vieillesse », soit 4,5 % des 65 ans ou plus. L’amélioration continue des régimes de retraites et des droits acquis dans ces régimes ont permis que le nombre de bénéficiaires soit divisé par quatre depuis 1960.

Population particulièrement âgée (76,4 ans en moyenne), elle se caractérise principalement par la forte présence de femmes et de personnes seules. Si une minorité n’a jamais occupé d’emploi rémunéré, 80 % ont, en revanche, acquis des droits propres au cours de leur vie active, mais le plus souvent pour des carrières incomplètes. Seuls 20 % des allocataires ayant acquis un droit propre ont en effet eu une carrière complète. Il s’agit pour moitié d’anciens exploitants agricoles. Enfin, 60 % des retraités au « minimum vieillesse » perçoivent une pension au titre de l’inaptitude ou d’ex-­invalide.

pdf Études et résultats - 631 - Les allocataires du minimum vieillesse Téléchargement (559 ko)