Le Compte social du handicap de 1995 à 2003

Julien BECHTEL - Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES)

Les dépenses de protection sociale liées au handicap représentent une part relativement stable de l’ensemble des dépenses sociales, comprise entre 6,1 % et 6,3 % depuis huit ans, soit 1,8 % du PIB. Elles sont passées entre 1995 et 2003 de 24,0 à 28,4 milliards d’euros constants, soit un taux de croissance annuel moyen de 2,1 %, en termes réels. Avec plus de 23 % du total des dépenses liées au handicap en 2003, contre 21 % en 1995, les rentes d’invalidité demeurent le principal poste de dépenses. Elles sont désormais suivies, en termes d’importance, par les prestations médico-sociales et par l’Allocation aux adultes handicapés (AAH). Connaissant une évolution rapide sur la période, ces prestations contribuent fortement à la dynamique de l’ensemble. Les hausses les plus importantes sont toutefois celles qui affectent les indemnités journalières d’accidents du travail et les dépenses d’hébergement et d’aide sociale en faveur des personnes handicapées, alors que les rentes d’accidents du travail, en revanche, diminuent en valeur absolue. Enfin, la répartition des dépenses par source de financement fait apparaître une nette progression de la contribution des organismes de Sécurité sociale, et en particulier de la branche accidents du travail. La participation des départements, en croissance continue depuis 1995, connaît cette année une diminution, qui reflète la contraction des frais d’hébergement et d’aide sociale dans l’ensemble des prestations consacrées au handicap.

pdf Études et résultats - 367 - Le Compte social du handicap de 1995 à (...) Téléchargement (467.7 ko)