La situation économique et financière des cliniques privées de 1999 à 2000

Marc BEUDAERT - Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES)

En 2000, le chiffre d’affaires des cliniques privées a progressé de 4,0 %, contre 2,6 % au cours des trois années précédentes. Les modifications tarifaires ont joué un rôle favorable sur cette reprise, qui a été plus marquée dans les grands établissements de court séjour.

Les résultats d’exploitation mesurés par le taux de marge brute sont toutefois en diminution depuis 1997, du fait d’une progression des achats plus forte que celle du chiffre d’affaires.

La part des frais de personnel diminue transitoirement en 2000 avec une baisse du poids des charges sociales plus forte que l’accroissement de celui des salaires bruts.

Le taux de rentabilité économique mesuré par le ratio résultat net/chiffre d’affaires se redresse, quant à lui, en 2000 avec des résultats exceptionnels dus, pour partie, aux reversements effectués par l’Assurance maladie. La dispersion des taux de rentabilité reste forte : 10 % des établissements ont un déficit qui dépasse 6,4 % du chiffre d’affaires, tandis que 10 % ont une rentabilité supérieure à 9,6 %.

La rentabilité économique apparaît plus favorable pour les petits établissements spécialisés dans des activités comme les soins de suite ou la psychiatrie, ainsi que pour les établissements pluridisciplinaires importants.

La rentabilité est relativement élevée dans le Nord, le Bassin parisien (hors Île-de-France), la région méditerranéenne et le Sud-Ouest. Elle est en revanche inférieure à la médiane en Île-de-France, dans l’Ouest, le Centre-Est, et surtout dans le Nord-Est où la situation apparaît la plus fragile.

pdf Études et résultats - 168 - La situation économique et financière des (...) Téléchargement (187.6 ko)