La santé des personnes entrées en prison en 2003

Marie-Claude MOUQUET - Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES)

En 2003, huit entrants sur dix ont été jugés lors de la visite médicale d’entrée en bon état de santé général à leur arrivée en prison. Mais ils déclarent beaucoup plus de consommations de substances psychoactives (alcool, tabac, drogues illicites, médicaments psychotropes) que l’ensemble de la population et pour le quart d’entre eux des consommations qui se cumulent. En outre, à l’issue de l’examen médical d’entrée, une personne entrant en prison sur dix se voit prescrire une consultation spécialisée en psychiatrie.

Par rapport à 1997, la prévalence des consommations à risque de substances psychoactives a eu tendance à diminuer, de même que la proportion des personnes déclarant une sérologie positive pour le VIH, le VHB et/ou le VHC. On note par ailleurs une augmentation des prescriptions d’examens de biologie et d’imagerie, ainsi que de consultations d’hépato-gastro-entérologie.

Les femmes et les mineurs, groupes de populations peu nombreux en prison, ont des usages encore plus importants de produits psychoactifs eu égard à l’ensemble de la population, et qui pour les femmes se rapprochent de ceux des hommes.

pdf Études et résultats - 386 - La santé des personnes entrées en prison en (...) Téléchargement (447.6 ko)