La démographie médicale à l’horizon 2020 : une réactualisation des projections à partir de 2002

Xavier NIEL - Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES)

Sous l’hypothèse d’un numerus clausus maintenu à 4 700 élèves formés chaque année, et en supposant constants les comportements de choix de filière, d’installation et de départ à la retraite, le nombre de médecins par habitant pourrait baisser de 24 % d’ici 2020 après avoir augmenté de 35 % depuis 1980. La densité médicale globale se rapprocherait alors de celle observée au début des années 80, sachant que les femmes pourraient alors devenir majoritaires parmi les médecins en exercice. L’âge moyen de l’ensemble des médecins continuerait d’augmenter jusqu’en 2011 et atteindrait environ 50 ans, la part des médecins de 55 ans et plus atteignant environ 40 % à compter de 2013. Si le nombre de postes ouverts au concours de l’internat restait fixé à 1 843, la proportion de généralistes pourrait remonter en 2020 à son niveau de 1989, soit 54 %. Si les comportements en termes de choix du secteur d’exercice se maintenaient à l’identique, le secteur hospitalier pourrait en 2020 accueillir environ 32 % des effectifs médicaux, soit la même proportion qu’en 1984, du fait des débuts plus fréquents des jeunes médecins à l’hôpital.

pdf Études et résultats - 161 - La démographie médicale à l’horizon 2020 : une (...) Téléchargement (163.8 ko)