La conjoncture des établissements de santé publics et privés au premier trimestre 2001

Nelly GOUIDER - Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES)

L’activité en hospitalisation complète des établissements de santé publics enregistre, au premier trimestre 2001, une diminution dans la quasi-totalité des disciplines après la hausse observée au trimestre précédent. Mesurée par le nombre d’entrées directes corrigé des variations saisonnières, l’activité en médecine, chirurgie, gynécologie-obstétrique (MCO) diminue de 0,9 % après une augmentation de +1,1 % au quatrième trimestre 2000. Cette baisse est observée aussi bien en médecine (-1,1 % contre +0,9 % au quatrième trimestre 2000) qu’en chirurgie (-1,1 % contre +1,4 %). En gynécologie-obstétrique, en revanche, le nombre d’entrées directes continue à augmenter encore mais plus modérément (+0,4 % contre +1,4 % au quatrième trimestre 2000). En psychiatrie, le nombre de journées reste quasi stable, de même qu’en soins de longue durée. Par contre, le nombre de journées en soins de suite et de réadaptation recule de 2,8 % ce trimestre. Enfin, le nombre de venues en hospitalisation partielle ou en chirurgie ambulatoire diminue de 1,1 %.

Le recul du premier trimestre apparaît plus accentué pour les établissements privés participant au service public hospitalier (PSPH). Il semble en être de même pour les établissements de santé privés sous Objectif quantifié national (OQN).

pdf Études et résultats - 133 - La conjoncture des établissements de santé publics (...) Téléchargement (123.2 ko)