L’hébergement d’urgence en CHRS. Résultats de l’enquête ES 2008

Thierry MAINAUD - Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES)

Les centres d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) gèrent le quart des places d’hébergement permanentes consacrées à l’urgence, dans des sections de 15 places en moyenne.

Une nuit donnée de l’hiver 2009, ces sections d’urgence accueillent 4 500 personnes, dont les deux tiers sont des hommes. Les trois quarts de ces hommes sont isolés (78 %), bien plus fréquemment que les femmes (45 %). 18 % des femmes sont seules avec des enfants. Dans l’ensemble, les familles sont moins présentes en urgence qu’en section d’insertion ou de stabilisation.
Les personnes hébergées en section d’urgence y ont déjà passé la plupart de leurs nuits au cours du mois précédent. Ainsi, six adultes hébergés sur dix ont séjourné principalement dans la même section d’urgence en janvier 2009. La perte du logement personnel est ancienne pour les trois quarts des adultes hébergés : pour un tiers des adultes elle remonte à plus de six mois, pour un quart elle est intervenue à une date indéterminée et 19 % d’adultes n’ont jamais eu de logement.

Sortir de la rue ou d’une autre structure d’hébergement sont les premiers motifs d’admission, qui concernent la moitié des adultes hébergés. Les autres viennent de perdre leur logement ou sortent d’une institution (12 %), ont eu des problèmes conjugaux ou familiaux (18 %), sont demandeurs d’asile (10 %) ou sont hébergés pour d’autres motifs (10 %).

pdf Etudes et résultats - 777 - L’hébergement d’urgence en CHRS. Résultats de (...) Téléchargement (387.3 ko)