L’évolution du revenu libéral des médecins entre 1993 et 2000

Sophie AUDRIC - Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES)

Entre 1993 et 2000, le revenu de l’activité libérale des médecins a crû en moyenne de 0,7 % par an en euros constants, cette augmentation ayant été de 2 % par an sur la période 1997-2000. Ce sont les radiologues, les cardiologues et les ophtalmologues qui ont bénéficié de la plus forte augmentation de revenus, à l’inverse des dermatologues, des ORL, des stomatologues et des chirurgiens. L’augmentation de leur activité a sensiblement contribué à l’accroissement du revenu libéral des ophtalmologues et des pneumologues, alors que ce sont des modifications tarifaires qui ont surtout été favorables aux omnipraticiens et aux psychiatres. Les dépassements ont également joué un rôle significatif sur la croissance du revenu libéral des chirurgiens, des ophtalmologues, des gynécologues et des stomatologues. L’augmentation soutenue des charges sur la période 1993-2000 a toutefois modéré, pour l’ensemble des spécialités, l’effet favorable de la progression des recettes. En 2000, la croissance du revenu réel a atteint en moyenne 2,7 %, et elle a été plus importante pour toutes les spécialités, à l’exception des anesthésistes et des dermatologues. L’augmentation a été particulièrement forte pour les radiologues mais aussi les pédiatres, pneumologues, gastro-entérologues et cardiologues. Elle s’explique principalement par une activité plus importante qui a globalement compensé la stabilité des tarifs. Cette croissance apparaît toutefois beaucoup plus élevée avec les honoraires « en date de liquidation » qu’« en date de soins », les honoraires de 2001 connaissant ensuite une évolution plus ralentie.

pdf Études et résultats - 200 - L’évolution du revenu libéral des médecins entre (...) Téléchargement (412.5 ko)