L’évolution des retraites versées entre 1997 et 2001

Émilie RAYNAUD - Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES)

La pension moyenne des retraités de droit direct a augmenté de 5,8 % en euros constants entre 1997 et 2001. Cette hausse globale résulte de la combinaison de plusieurs effets. Les uns sont liés aux variations du montant des pensions, à travers la réévaluation par les différents régimes du niveau des retraites liquidées et l’acquisition de nouveaux droits par les retraités qui n’avaient liquidé qu’une partie de leurs pensions. L’autre effet tient au phénomène de renouvellement de la population des retraités (effet « noria » ou « entrées - sorties »).

Entre 1997 et 2001, 2,1 % de hausse sont attribuables aux réévaluations des pensions des retraités déjà présents en 1997, complétées par les nouvelles liquidations intervenues au cours de la période. Les « entrées - sorties » induisent quant à elles une augmentation de 3,7 % de la pension moyenne, reflétant l’amélioration des carrières des générations plus jeunes.

Cette hausse générale des pensions moyennes recouvre toutefois des évolutions différenciées selon les catégories de retraités. Les retraités percevant les pensions les plus faibles connaissent ainsi une augmentation un peu plus conséquente que les autres. Les femmes voient leur pension moyenne croître davantage que celle des hommes, les anciens exploitants agricoles davantage que les fonctionnaires retraités ou les anciens salariés du privé. Les réévaluations et les entrées-sorties n’ont en outre pas la même incidence pour les uns et les autres. L’effet des entrées est par exemple fortement positif pour les femmes, les jeunes retraitées ayant eu des carrières plus longues et mieux rémunérées que leurs aînées, alors qu’il est légèrement négatif pour les hommes.

pdf Études et résultats - 270 - L’évolution des retraites versées entre 1997 et (...) Téléchargement (455.9 ko)