L’évolution des retraites versées entre 1993 et 1997 : les effets d’entrées-sorties expliquent 30 % de l’augmentation de la retraite moyenne

Odile MESNARD - Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES)

Entre 1993 et 1997, les revalorisations des retraites, diverses selon le régime (+6,9 % en moyenne), ont équilibré l’évolution des prix (+6,8 %). Les régimes complémentaires ont appliqué des taux de revalorisation plus faibles que les régimes de base, entraînant une évolution moins favorable pour les cadres que pour les non-cadres et pour les hommes que pour les femmes. À l’effet de ces revalorisations s’est ajouté un effet des « entrées » et des « sorties » de retraités qui porte l’augmentation moyenne à 10,7 % en francs courants. Les personnes ayant pris leur retraite au cours de la période ont, en effet, des pensions plus élevées grâce à des carrières plus longues - essentiellement pour les femmes - et des salaires de référence plus hauts. Les décès ayant affecté des générations plus anciennes aux pensions plus modestes, l’effet des « sorties » est également positif. L’augmentation de la retraite moyenne a été moins prononcée entre 1993 et 1997 qu’entre 1988 et 1993 du fait de revalorisations plus modestes de la part des régimes complémentaires et d’un affaiblissement de l’effet des « sorties ».

pdf Études et résultats - 129 - L’évolution des retraites versées entre 1993 et (...) Téléchargement (155.4 ko)