L’accès aux soins des bénéficiaires de la CMU - Résultats d’une enquête réalisée en novembre 2000

Bénédicte BOISGUÉRIN et Claude GISSOT - Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES)

L’enquête effectuée en novembre 2000 auprès des bénéficiaires de la CMU confirme qu’ils constituent une population jeune, plutôt féminine, composée en majorité de chômeurs issus des milieux ouvriers et employés.

Alors que les bénéficiaires étaient à l’époque composés à 70 % d’« anciens bénéficiaires » de l’AMD et 30 % de « nouveaux bénéficiaires » directs, ces derniers sont 80 % à avoir trouvé les formalités simples à accomplir alors que 15 % déclarent avoir eu recours à une aide extérieure.

Un ménage bénéficiaire sur deux déclare avoir renoncé à des soins avant la mise en place de la CMU. C’est surtout le cas de ceux qui n’avaient pas bénéficié de l’aide médicale ou d’une aide médicale généreuse. 65 % des ménages ayant renoncé à un soin avant la CMU ont commencé à se soigner depuis son obtention. Le rattrapage concerne surtout les consultations et les médicaments, et s’observe moins pour les soins d’optique et les prothèses dentaires. Il concerne de façon plus prononcée les nouveaux bénéficiaires ayant accédé directement à la CMU, et ce sont globalement les enfants et les femmes qui en sont les premiers bénéficiaires.

Fin 2000, 30 % des personnes interrogées indiquaient toutefois qu’il existait toujours un certain nombre de soins, notamment optiques et dentaires, qu’elles ne pouvaient effectuer et seul un quart des bénéficiaires avaient modifié leurs pratiques de choix des professionnels de santé.

pdf Études et résultats - 152 - L’accès aux soins des bénéficiaires de la CMU - (...) Téléchargement (165.9 ko)