L’AAH, un minimum social destiné aux adultes handicapés

Jean-Marie CHANUT, Hélène MICHAUDON avec la collaboration d’Anne PLA - Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES)

L’Allocation aux adultes handicapés (AAH) est un minimum social destiné aux adultes handicapés âgés de 20 ans ou plus. Son obtention requiert d’abord l’accord des Commissions techniques d’orientation et de reclassement professionnel (Cotorep) en fonction de critères médicaux (taux d’incapacité) et de la possibilité de se procurer un emploi. Son versement est ensuite soumis à conditions de ressources. Au 31 décembre 2003, l’AAH concernait près de 770 000 allocataires, soit une croissance de 2,8 % par an en moyenne depuis 15 ans.

L’AAH concerne un peu plus d’hommes que de femmes, mais ces dernières sont en moyenne plus âgées. Si les trois quarts des allocataires sont des personnes isolées, sans enfants et fréquemment sans diplôme, le tiers d’entre elles est cependant logé grâce à leur famille ou leurs amis. Les déficiences psychiques ou intellectuelles sont une cause importante d’attribution de l’AAH, et sont notablement plus fréquentes chez ses allocataires que chez ceux ayant un handicap reconnu par la Sécurité sociale pour cause de maladie ou d’accident.

La croissance du nombre d’allocataires de l’AAH depuis une quinzaine d’années a surtout été alimentée par les accords prononcés chaque année par les Cotorep au titre d’un taux d’incapacité compris entre 50 et 79 % : ceux-ci ont progressé de 5,4 % en moyenne par an entre 1995 et 2003. L’impact des décisions passées des Cotorep prononcées pour des durées moyennes de 3,5 à 5 ans, devrait ainsi, à législation inchangée, continuer à alimenter la tendance à la hausse du nombre d’allocataires. En revanche, celui du vieillissement de la population serait plus modéré.

Le nombre de bénéficiaires de l’AAH pour 1 000 habitants varie fortement d’un département à l’autre. Ces écarts semblent à la fois dus aux disparités géographiques en matière de prévalence du handicap et à celles touchant la situation économique des départements ou l’intensité du chômage. Le rôle du taux de chômage est, en particulier, significatif pour les taux d’incapacité de 50 à 79 %, assortis d’une impossibilité reconnue à se procurer un emploi.

pdf Études et résultats - 344 - L’AAH, un minimum social destiné aux adultes (...) Téléchargement (1.1 Mo)