Facteurs de risque des épisodes dépressifs en population générale

Isabelle LEROUX et Thomas MORIN - Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES)

Cette étude se fonde sur trois enquêtes en population générale qui proposent chacune un outil de caractérisation de l’épisode dépressif. Deux de ces outils relèvent d’une approche catégorielle (systèmes diagnostiques du DSM-IV et de la CIM 10) et l’autre d’une approche dimensionnelle.

Malgré ces différences de définition et de questionnaire, les corrélations entre caractéristiques sociodémographiques et épisode dépressif sont souvent du même ordre. Ainsi, les femmes présentent, toutes choses égales par ailleurs, entre 1,5 et 2 fois plus de risques de vivre un épisode dépressif que les hommes.

Les troubles dépressifs apparaissent également étroitement liés à la situation conjugale (vie maritale, vie en couple, célibat) et notamment au fait d’avoir vécu ou non une rupture (divorce, séparation ou décès du conjoint).

Il en est de même pour la situation professionnelle : les chômeurs déclarent un épisode dépressif entre 1,4 et 2,1 fois plus souvent que les actifs occupés. Par ailleurs, deux enquêtes mettent en évidence une corrélation négative entre niveau d’étude et risque d’épisode dépressif.

Enfin, de façon moins nette, l’âge semble avoir un impact sur ces risques, les 60-75 ans présentant une « dépressivité » moindre toutes choses égales par ailleurs.

pdf Études et résultats - 545 - Facteurs de risque des épisodes dépressifs en (...) Téléchargement (454.7 ko)