En 2016, les dépenses de santé retrouvent leur dynamisme

JPEGLa consommation de soins et de biens médicaux (CSBM) progresse en valeur de 2,3 % en 2016, contre 1,5 % un an plus tôt, pour atteindre 198,5 milliards d’euros. Après un léger ralentissement en 2015, la CSBM croît à nouveau à un rythme proche de celui des années précédentes. Cette croissance est principalement portée par les soins hospitaliers, les soins de ville, notamment les auxiliaires médicaux et les médecins, et les autres biens médicaux. Les prix continuent de reculer : –0,6 % en 2016.

La Sécurité sociale finance 77,0 % de la CSBM, soit 152,8 milliards d’euros. La part de la dépense qu’elle prend en charge est en hausse de 0,1 point par rapport à 2015, en raison, notamment, de la progression du nombre d’assurés exonérés du ticket modérateur. Parallèlement, la part des organismes complémentaires dans la CSBM diminue de nouveau en 2016, sous l’effet de la réforme des « contrats responsables ».

Pour la cinquième année consécutive, le reste à charge des ménages en santé se réduit : il atteint 8,3 % de la CSBM en 2016 contre 9,2 % en 2011. Au sein de l’Union européenne des Quinze, la France est le pays où le reste à charge des ménages est le plus limité.

Référence : Bureau d’analyse des comptes sociaux et Mission des relations et des études internationales (DREES), 2017, « En 2016, les dépenses de santé retrouvent leur dynamisme », Études et Résultats, n°1024, Drees, septembre.