Des passages plus ou moins durables dans les dispositifs de minima sociaux

Anne PLA - Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES)

Chaque année, les allocataires de minima sociaux se renouvellent : à plus de 40 % pour l’allocation de parent isolé (API), dont la durée est limitée, à environ 30 % pour le revenu minimum d’insertion (RMI) et pour l’allocation de solidarité spécifique (ASS), mais seulement à environ 10 % pour l’allocation aux adultes handicapés, du fait des difficultés particulières d’insertion de ces allocataires liées à leur état de santé. Les sorties d’un dispositif donné ne correspondent d’ailleurs pas toujours à une sortie des minima sociaux et peuvent n’être que temporaires. Parmi les personnes entrées au RMI en 2002, un peu moins d’une sur deux est sortie des minima sociaux en 2005 (les plus jeunes étant plus nombreux à les avoir quittés) et une sur huit en est sortie mais y est retournée dans la période. Dans le cas de l’ASS, un peu plus de la moitié des chômeurs qui y ont accédé en 2002 ne sont plus allocataires d’un minimum social au bout de trois ans. Un tiers des entrants à l’API « longue » sortent avant la durée maximale du dispositif, mais, une fois la durée légale atteinte, plus de quatre allocataires sur dix s’inscrivent au RMI. Les trois quarts des entrants à l’AAH en 2002 en sont toujours bénéficiaires fin 2005.

pdf Études et résultats - 536 - Des passages plus ou moins durables dans les (...) Téléchargement (497.5 ko)