Comparaison internationale des dépenses de santé : une analyse des évolutions dans sept pays depuis 1970

Catherine BAC et Gérard CORNILLEAU - Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES)

La croissance des dépenses de santé a eu tendance à ralentir au cours des dernières décennies dans la plupart des pays développés. Elle a néanmoins tendance à demeurer plus forte que celle du PIB, augmentant la part de ces dépenses dans la richesse nationale. De 1970 à la fin des années 90, cette part est, par exemple, passée de 7 à 13 % aux États-Unis, de près de 6 à plus de 9 % en France, de 5 à 8 % en Italie, de 4,5 à 7 % au Royaume-Uni.

Une part de cette augmentation est due aux évolutions démographiques : accroissement de la population totale et, de plus en plus, vieillissement de la population. Ces facteurs seraient tendanciellement à l’origine d’environ 1 point par an dans la croissance des dépenses totales de santé en volume (1,4 point pour les États-Unis).

Hors les facteurs démographiques, une tendance autonome des dépenses, variable selon les pays, reflète l’avancée des progrès techniques, l’évolution des comportements ainsi que des modes de régulation à l’œuvre.

Une estimation économétrique fait ainsi apparaître un trend temporel des dépenses totales en volume par habitant de 1,7 % annuel aux États-Unis, 1,5 % en France, 0,9 % au Royaume-Uni, 0,5 % en Allemagne et 0,2 % aux Pays-Bas, avec des évolutions inférieures en France et aux États-Unis dans la période récente.

Se combinent à ces évolutions des mouvements de prix relatifs très variables d’un pays à l’autre et parfois liés à des problèmes statistiques, qui rendent difficiles l’interprétation directe des résultats en volume.
Ces estimations économétriques mettent en évidence un accroissement tendanciel de la part des dépenses de santé dans le PIB compris entre 0,01 et 0,2 point selon les pays.

pdf Études et résultats - 175 - Comparaison internationale des dépenses de santé : (...) Téléchargement (678.5 ko)