Classification des dépressifs selon leur type de recours aux soins

Thomas MORIN - Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES)

Selon l’enquête Santé mentale en population générale réalisée entre 1999 et 2003, 7,6 % de la population souffrent d’un épisode dépressif gênant dans la vie de tous les jours. Les comportements de recours aux soins des personnes dépressives sont contrastés. Le premier type de distinction oppose les personnes dépressives qui se soignent et celles qui ne se soignent pas. Le second oppose celles qui recourent à des soins dans le domaine de la santé mentale et celles qui recourent à d’autres types de soins. Le troisième oppose celles qui recourent à des soins conventionnels et celles qui recourent aux médecines douces ou à des traitements « traditionnels ».

Ces différents types de comportement dessinent huit groupes de malades. Un premier groupe rassemble les dépressifs ne se soignant pas (28 %). Les groupes 2 et 3 (35 %) se caractérisent par la consultation d’un professionnel de la santé (principalement le médecin généraliste) et la consommation de médicaments. Les groupes 4 et 5 (18 %) recourent aux médecines douces. Le groupe 6 (5 %) recourt à des traitements « traditionnels » : guérisseur, marabout ou autres. Enfin, les deux derniers groupes (15 %) ont séjourné dans un hôpital psychiatrique, une clinique ou un hôpital général.

pdf Études et résultats - 577 - Classification des dépressifs selon leur type de (...) Téléchargement (272.6 ko)