8 000 chirurgien·ne·s-dentistes supplémentaires d’ici à 2040

GIFLe nombre de chirurgien·ne·s-dentistes devrait augmenter de 18 % entre 2016 et 2040 pour atteindre 48 800 actifs en 2040, dans l’hypothèse de comportements constants et d’un maintien des politiques en vigueur. Cette hausse serait plus importante que celle de la population française et entraînerait également une augmentation de la densité. La baisse de la densité de ces quinze dernières années serait ainsi compensée : en 2040, le rapport entre l’offre et la demande de soins dentaires reviendrait à son niveau de 2000.

Avec un numerus clausus stable, la croissance des effectifs s’expliquerait en grande partie par l’arrivée de professionnels diplômés à l’étranger, sous réserve que le niveau actuel de ces flux se maintienne. Entre 2016 et 2025, les professionnels seront plus nombreux à cesser leur activité, en raison de l’arrivée à l’âge de la retraite des générations issues de numerus clausus élevés. L’arrivée de nouveaux praticiens permettra de compenser ces départs.

La profession devrait rajeunir et le mouvement de féminisation commencé ces dernières années se poursuivre. Enfin, l’exercice libéral resterait majoritaire malgré une progression possible du salariat d’ici à 2040.

Référence : Christelle Millien (DREES), 2017, « 8 000 chirurgien·ne·s-dentistes supplémentaires d’ici à 2040 », Études et Résultats, n°1027, Drees, septembre.