La croissance des prestations sociales au niveau le plus bas depuis 1959

La Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) publie « La protection sociale en France et en Europe en 2015 », dernière année disponible des résultats des comptes de la protection sociale.

En 2015, les dépenses de protection sociale s’élèvent à 746,6 milliards d’euros (+1,3 % par rapport à 2014). Les prestations sociales, qui constituent 94 % de ces dépenses (701,2 milliards d’euros), représentent 32,0 % du PIB et progressent au rythme le plus bas observé depuis 1959 (+1,6 %).

Les mesures de maîtrise des dépenses et l’inflation particulièrement faible depuis 2013 contribuent à la moindre progression des prestations sociales en 2015 :

  • > les prestations du risque vieillesse-survie (45,6 % de l’ensemble des prestations, soit 319,7 milliards d’euros) progressent de 1,6 % (après +2,1 % en 2014) en raison de la baisse des flux de départ en retraite ;
  • > les prestations santé (34,9 % de l’ensemble des prestations, soit 245,0 milliards d’euros) augmentent de 2,0 % (après +2,5 % en 2014), du fait notamment de la moindre progression des dépenses dans le cadre de l’objectif national des dépenses d’assurance maladie (Ondam) ;
  • > les prestations du risque famille (54,2 milliards d’euros) stagnent (+0,2 %, après +1,6 % en 2014) sous l’effet des récentes réformes de la politique familiale ;
  • > les prestations liées à l’emploi (43,6 milliards d’euros) augmentent de manière modérée (+1,6 % en 2015, après +1,7 % en 2014) ;
  • > les prestations du risque pauvreté (20,7 milliards d’euros) s’infléchissent également : la dynamique portée par le revenu de solidarité active s’atténue en 2015 (+2,2 %) après la forte progression de 2014 (+5,8 %) ;
  • > enfin, les prestations logement progressent moins rapidement en 2015 (+0,8 %) qu’en 2014 (+1,6 %) et 2013 (+2,9 %), en raison d’une légère diminution du nombre de bénéficiaires de ces aides.

Les ressources de la protection sociale sont également moins dynamiques en 2015 (+1,7 % après +2,6 %), mais leur croissance reste supérieure à celle des dépenses : le déficit de la protection sociale continue ainsi de se résorber. Ces ressources s’établissent à 741,5 milliards d’euros en 2015 dont 455,6 milliards financés par les régimes de protection sociale, 183,2 milliards par les impôts et taxes qui leur sont spécifiquement affectés (ITAF) et 102,7 milliards par d’autres ressources (contributions publiques, produits financiers…).

Cette croissance modérée des prestations sociales en France s’inscrit dans une tendance similaire au sein de l’Europe des Quinze, bien qu’elle soit plus ou moins marquée selon les pays. En 2014, l’UE-15 consacre ainsi en moyenne 28,4 % du PIB à ses dépenses de protection sociale. Ce classement est modifié si l’on tient compte des prélèvements obligatoires appliqués aux prestations sociales qui sont plus élevés dans les pays du nord de l’Europe, les Pays-Bas et le Danemark notamment, mais la France reste en tête des dépenses de protection sociale en part du PIB.

À propos de l’ouvrage « La protection sociale en France et en Europe en 2015 - édition 2017 »
Cet ouvrage présente les principaux résultats des comptes de la protection sociale en France en 2015, et en analyse les évolutions récentes. Les dépenses sociales sont mises en perspective et comparées avec celles des pays de l’Union européenne. Outre des fiches enrichies sur les prestations et les ressources, cette nouvelle édition décrit également la vision qu’ont les Français du système de protection sociale à partir du baromètre d’opinion de la DREES.

Télécharger l’ouvrage :
La protection sociale en France et en Europe en 2015 , Résultats des comptes de la protection sociale - édition 2017
Sous la direction de Magali Beffy, Romain Roussel, Myriam Mikou et Carine Ferretti, coordonné par Aurore Domps Collection Panoramas Social, DREES, juin 2017, 250 pages

Télécharger l’étude :
Prestations sociales : une croissance modérée en France et en Europe
Timothée Barnouin, Magali Beffy, Aurore Domps, Carine Ferretti, Juliette Grangier, Myriam Mikou, Céline Pilorge, Maria Rhomari, Romain Roussel, collection Etudes et Résultats, DREES, juin 2016.